Actu

Nissan veut un successeur à Ghosn avant le 21 décembre

Aucun problème, 1 million net par mois, 2 ou 3 villas de fonction, des domestiques, 1 yacht, 1 jet privé, 6 ou 7 voitures de fonction, 1 parachuté doré de 25 millions, 1 contrat sur 10 ans et je traverse la rue :). ” La peur d’être assassiné, comme l’ancien patron de Renault George Besse tombé sous les balles du groupe d’ultra gauche Action directe en 1986… Lorsqu’il part au Japon en 1999 pour redresser Nissan, Carlos Ghosn reçoit aussitôt des menaces de mort. L’objectif serait de revoir les participations croisées: Renault détient 43% de Nissan, mais le japonais, qui domine son allié en termes de chiffre d’affaires n’en possède que 15%, une situation qui provoque depuis longtemps des rancœurs dans l’archipel.

L’exécutif réfléchit donc à une nouvelle architecture pour le groupe, mission confiée au secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, ancien membre du conseil d’administration du constructeur… celui-là même qui aurait été ciblé par la sécurité interne de Renault à l’occasion de l’affaire des faux espions. Selon le quotidien économique Nikkei, qui cite un dirigeant de Nissan, Carlos Ghosn cherchait à intégrer les deux groupes, et «il était possible qu’un plan concret soit prêt au printemps prochain». Bruno Le Maire et son homologue japonais Hiroshige Seko ont "réaffirmé (…) le soutien important des gouvernements français et japonais à l'alliance formée entre Renault et Nissan et leur volonté commune de maintenir cette coopération gagnante", lors d'un entretien avec un entretien tardif Jeudi après-midi à Bercy.

Lire également : Quelles sont les différentes garanties d’assurance automobile ?

Renault veut rassurer ses salariés après l’éviction de Carlos Ghosn par Nissan

Vendredi, en marge d'une visite à l'émission L'Usine Extraordinaire à Paris, Bruno Le Maire a ajouté que "la préservation de l'Alliance sert les intérêts des Français comme ceux des Japonais".

Selon Yomiuri, le plus grand tirage de la presse japonaise, qui cite également des sources anonymes, l'enquête interne de Nissan a révélé que Depuis 2002, Carlos Ghosn demande à son entreprise une somme d'environ 100 000 dollars par an. Comment cet homme de 64 ans aux méthodes implacables et à la rémunération record est-il parvenu à obtenir et conserver la confiance du groupe et de l’État durant toutes ces années . Si, au Japon, les propos font surface, la presse locale entend des déclarations anonymes de responsables de Nissan affirmant que le groupe souhaite revoir la structure de l'alliance, "condition nécessaire pour qu'elle continue", selon un deux.

A voir aussi : Quel est l’âge limite pour passer son permis de conduire?

Nissan espère se doter d’un nouveau président du conseil d’administration d’ici un mois ou deux, idéalement avant sa prochaine réunion prévue aux alentours du 20 décembre, a indiqué à Reuters une source proche du dossier, après la révocation jeudi de Carlos Ghosn votée à l’unanimité par le conseil d’administration de Nissan, partenaire de Renault. Officiellement, il est accusé d'avoir – avec des complices – «minimisé sa rémunération cinq fois entre juin 2011 et juin 2015», déclarant une somme totale de 4,9 milliards de yens (environ 37 millions d'euros) sur près de 10 milliards. CG a été au début de l’alliance le sauveur de la faillite pour Nissan et comme un mal n’arrive jamais seul , Nissan l’ a bien récompensé en le mettant ,après presque 20 ans de loyaux services , au bord de la faillite professionnelle, chaque problème a une solution si ce n’est pas un règlement de compte non déclaré. L’objectif serait de revoir les participations croisées: Renault détient 43% de Nissan, mais le japonais, qui domine son allié en termes de chiffre d’affaires n’en possède que 15%, une situation qui provoque depuis longtemps des rancœurs dans l’archipel.

Sur un autre plan cette entrée au capital d’un grand groupe de presse français est aussi un signal envoyé au pouvoir par Carlos Ghosn, longtemps accusé d’avoir privilégié Nissan au détriment de Renault.

“Chez Michelin, il savait qu’il ne serait jamais le numéro 1 et l’ambition de Carlos était d’être numéro 1”, témoigne Louis Schweitzer, qui le recrute chez Renault en 1996 comme directeur adjoint et le prépare à en faire son successeur 10 ans plus tard. Ce vendredi, de nouvelles informations publiées par les médias japonais alourdissent les accusations portées à l’encontre du patron de Renault: Carlos Ghosn aurait dissimulé ses revenus à hauteur de 8 milliards de yens (soit 62,3 millions d’euros), et non 5 milliards, comme cela était initialement indiqué. Renault n'a plus aucun contrôle sur Nissan depuis 2016 lorsque Carlos Ghosn a fait valider un pacte de stabilité en AG Renault ou en gros ses 4 representants au conseil de Nissan s'engagent à suivre l'avis des 6 autres.

Nissan veut un successeur à Carlos Ghosn d'ici le 20 décembre

Shin Kukimoto, procureur adjoint au parquet du district de Tokyo, a déclaré jeudi qu'il ne pouvait pas dire si Carlos Ghosn avait reconnu ou non les accusations de fraude financière portées contre lui. ) l’important soutien des gouvernements français et japonais à l’alliance formée entre Renault et Nissan et leur souhait partagé de maintenir cette coopération gagnante», lors d’un entretien jeudi en fin d’après-midi à Bercy. Vendredi, en marge d’une visite au salon L’Usine extraordinaire à Paris, Bruno Le Maire a ajouté que «la préservation de l’Alliance est dans l’intérêt des Français comme dans l’intérêt des Japonais».

Source : Séverine Meny. "Je veillerai à garantir la stabilité du groupe et à garder le cap sur nos missions: préserver les intérêts du groupe Renault et la pérennité de l'Alliance (…) Vous pouvez compter sur mon engagement total ", a-t-il déclaré dans un message en français aux 180 000 employés du groupe. Le conseil d’administration avait demandé à Nissan «de lui transmettre l’ensemble des informations en sa possession dans le cadre des investigations internes dont Monsieur Ghosn a fait l’objet». Cette addition de revenus lui permet de gagner environ 15 millions d’euros en 2017, une jolie somme comparée aux autres patrons du CAC 40 qui ne touchent en moyenne “que” cinq millions d’euros. Ce vendredi, le journal Asahi rapporte que les procureurs du parquet de Tokyo devraient engager de nouvelles poursuites contre Carlos Ghosn pour avoir conspiré afin de sous-estimer sa rémunération pendant trois ans à compter de l’exercice fiscal 2015, et non plus seulement sur la période 2010-2015. Selon le quotidien économique Nikkei, qui cite un dirigeant de Nissan, Carlos Ghosn cherchait à intégrer les deux groupes, et «il était possible qu’un plan concret soit prêt au printemps prochain».

Shin Kukimoto, procureur adjoint au parquet du district de Tokyo, a déclaré jeudi qu’il ne pouvait pas dire si Carlos Ghosn avait reconnu ou non les faits de fraude financière qui lui sont reprochés.

Le directeur général de Nissan depuis 2017, Hiroto Saikawa, ancien fidèle lieutenant de Carlos Ghosn dont il a pris la succession il y a un peu plus d’un an, a annoncé son intention de proposer le départ du dirigeant, qui occupe aujourd’hui le poste de président non-exécutif du conseil d’administration, d’ici jeudi. Carlos Ghosn devient donc le “sauveur” de Nissan, au point que Barack Obama l’appelle en personne pour lui proposer de venir au chevet de l’entreprise General Motors, alors en difficulté aux États-Unis. En outre, selon le quotidien japonais Nikkei, Carlos Ghosn aurait également de plusieurs résidences payées par une filiale néerlandaise de Nissan, dont le montant total des transactions atteindrait 17,8 millions de dollars. 45 000 E PAR JOUR IL A PAYÉ AU BLACK LA CAMPAGNE DE MACRON AVEC D AUTRES RICHES 2 % VOILA POURQUOI MACRON A EU BEAUCOUP DE POGNON ET ACHETÉ DES VOIX LREM FAUT FOUILLER SÉRIEUX.

  • president republique francaise
  • economie industrie numerique
  • ministre economie industrie
  • jean pierre jouyet
  • alliance renault nissan
  • president francois hollande
  • pierre rene lemas
  • jean pierre chevenement
  • nissan
  • renault
  • carlos ghosn
  • france
  • declare emmanuel macron
  • republique francaise fonction
  • vote premier tour
  • paris
  • universite paris nanterre
  • francois hollande declare

Cité par l’AFP, ce communiqué estime que «cet événement n’a fondamentalement aucun impact» sur l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, et que les dirigeants feront de leur mieux pour «stabiliser la relation entre les trois entreprises». Tout en cherchant à se concilier les autorités Carlos Ghosn souhaite un désengagement complet de l’État et veut récupérer les 15% de participation, ce qui permettrait une véritable fusion entre Renault et Nissan. “Il est difficile d’assumer la responsabilité pour l’ensemble du scandale” qui remonte à près de 40 ans, a déclaré Hiroto Saikawa, interrogé par le quotidien économique Nikkei à l’occasion du salon automobile de Detroit. VIDÉO – Le quotidien japonais Asahi rapporte par ailleurs que les procureurs du parquet de Tokyo devraient engager de nouvelles poursuites contre Carlos Ghosn pour avoir conspiré afin de sous-estimer sa rémunération pendant trois ans à compter de l’exercice fiscal 2015. Le numéro deux du groupe français Renault, Thierry Bolloré, qui assume la direction par intérim de l’entreprise depuis l’interpellation de Carlos Ghosn au Japon, a assuré jeudi, dans une vidéo postée sur Twitter, vouloir «préserver les intérêts de Renault» et l’Alliance avec sa filiale japonaise Nissan.

ENQUETE FRANCEINFO. Les zones d’ombre de Carlos Ghosn, le très redouté patron de l’Alliance Renault-Nissan

Au niveau politique, les ministres français et japonais de l’Économie ont réaffirmé jeudi dans un communiqué commun le soutien de leurs gouvernements à l’alliance entre Renault et Nissan. ” Il ne faut pas cacher qu’un titre de presse est aussi un support de publicité : le jour même où Carlos Ghosn annonce son investissement de cinq millions d’euros et son entrée au capital de Challenges, le 13 décembre 2017, la une du journal est consacrée aux voitures connectés, illustrée par un magnifique véhicule Renault . Vendredi, en marge d’une visite au salon L’Usine extraordinaire à Paris, Bruno Le Maire a ajouté que «la préservation de l’Alliance est dans l’intérêt des Français comme dans l’intérêt des Japonais». L’entreprise a assuré les autorités de sa pleine coopération par la voie de son directeur général, qui a par ailleurs d’ores-et-déjà annoncé que Carlos Ghosn a “pendant plusieurs années, déclaré des revenus inférieurs à leur montant réel”.

Un autre comité spécial constitué d'administrateurs indépendants chargé d'étudier une amélioration de la gouvernance de Nissan devrait ensuite proposer la création d'un comité de sélection chargé de nommer un président permanent, source permanente.

 Ghosn serait rémunérée depuis 2002 à hauteur de 100 000 dollars par an (environ 88 000 euros) pour un rôle de « conseiller » du président, contre aucun travail réel. Carlos Ghosn, 63 ans, qui a déjà quitté les commandes opérationnelles de Nissan en avril, resterait président de Renault, dans le cadre d’une scission des fonctions de président et de directeur général.

Tard, jeudi 22 novembre à Yokohama, au sud de Tokyo, les sept administrateurs de Nissan ont décidé, à l’unanimité, de démettre Carlos Ghosn de sa fonction de président non exécutif du constructeur nippon pour des « faits graves confirmés ». Selon Antoine Sfeir, un très proche de Carlos Ghosn, ce dernier aurait fait miroiter un projet d’usine Renault aux États-Unis tout en demandant à Donald Trump son assentiment avant d’investir en Iran. Au niveau politique, les ministres de l'Economie français et japonais ont réaffirmé jeudi dans une déclaration commune le soutien de leurs gouvernements à l'alliance entre Renault et Nissan. À 16 ans, il poursuit ses études à Paris, passe par l’École polytechnique et les Mines, en sort ingénieur diplômé et entre rapidement chez Michelin, où il va effectuer un sans-faute durant 18 ans jusqu’à devenir numéro 2.  Ghosn que nous ne pouvions pas voter pour un dirigeant qui avait des rémunérations aussi élevées”, explique Bruno Le Maire, successeur d’Emmanuel Macron à Bercy, sur CNews, qui s’attribue le mérite de cette baisse. Dès 2005, à son arrivée à la tête de Renault, Carlos Ghosn impose un nouveau chef à la cellule de renseignement du groupe, Rémi Pagnie, ancien de la DGSE, recruté par ses soins à l’Ambassade française au Japon, à Tokyo.

Vision stratégique exceptionnelle, culte de la personnalité, rémunération record et méfiance maladive : Carlos Ghosn, patron de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, est à 64 ans le patron le mieux payé de France. Selon la presse nippone, Nissan aurait acheté et rénové des résidences luxueuses à Rio et à Beyrouth grâce à des filiales installées dans des paradis fiscaux pour les mettre à disposition de son président. Cité par l’AFP, ce communiqué estime que «cet événement n’a fondamentalement aucun impact» sur l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, et que les dirigeants feront de leur mieux pour «stabiliser la relation entre les trois (. Cité par l'AFP, cette déclaration estime que "cet événement n'a pratiquement aucun impact" sur l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, et que les dirigeants feront de leur mieux pour "stabiliser les relations entre les trois sociétés". Durant l’été 2006, alors qu’Israël bombarde le Hezbollah au Liban, les services secrets français (DGSE) interviennent pour l’exfiltrer alors qu’il est en vacances à Beyrouth avec toute sa famille.

Nissan veut un successeur à Carlos Ghosn d’ici le 20 décembre

"LISEZ AUSSI – A Kosuge, dans la sinistre prison de Carlos Ghosn, le journal Asahi Shimbun a également indiqué jeudi que Carlos Ghosn avait envoyé un courrier électronique à Greg Kelly, le directeur de Nissan également sur la sellette, afin de falsifier ses déclarations de revenus. En février 2017 Renault investit cinq millions d’euros dans le groupe de presse de Claude Perdriel, qui lui cède 40% du capital du magazine Challenges, fleuron de la presse économique française. Si, au Japon, les propos sont en surface rassurants, la presse locale bruit de déclarations anonymes de responsables de Nissan affirmant que le groupe veut revoir la structure de l’alliance, «condition nécessaire pour qu’elle continue», selon l’un d’eux. Bruno Le Maire et son homologue nippon Hiroshige Seko ont «réaffirmé (…) l’important soutien des gouvernements français et japonais à l’alliance formée entre Renault et Nissan et leur souhait partagé de maintenir cette coopération gagnante», lors d’un entretien jeudi en fin d’après-midi à Bercy. Ce vendredi, de nouvelles informations publiées par les médias japonais alourdissent les accusations portées à l’encontre du patron de Renault: Carlos Ghosn aurait dissimulé ses revenus à hauteur de 8 milliards de yens (soit 62,3 millions d’euros), et non 5 milliards, comme cela était initialement indiqué. Shin Kukimoto, procureur adjoint au parquet du district de Tokyo, a déclaré jeudi qu’il ne pouvait pas dire si Carlos Ghosn avait reconnu ou non les faits de fraude financière qui lui sont reprochés. Le groupe français numéro deux Renault, Thierry Bolloré, qui assume la direction intérimaire de la société depuis l'arrestation de Carlos Ghosn au Japon, a assuré jeudi, dans une vidéo postée sur Twitter, vouloir "préserver les intérêts de Renault" et de l'Alliance avec sa filiale japonaise Nissan.

Selon lui, c’est bien Rémi Pagnie, son responsable direct, qui aurait ordonné d’espionner les téléphones portables de deux membres de l’Agence des participations de l’État (APE) présents au conseil d’administration de Renault.

Officiellement, il est accusé d’avoir – avec des complices -, «minimisé sa rétribution à cinq reprises entre juin 2011 et juin 2015», en déclarant une somme totale de 4,9 milliards de yens (environ 37 millions d’euros) au lieu de près de 10 milliards.   Mais quand on regarde en détail, cette baisse apparente dissimule bien autre chose : en effet, Carlos Ghosn a accumulé au fil des ans des centaines de milliers d’actions de Renault, ce qui lui permet de considérablement gonfler son revenu en réalisant ses stock-options. Il devient la cible des “contre-espions” du groupe Renault, chargés de vérifier les faits décrits dans les lettres anonymes, sans que les services de l’État en soient officiellement avertis, Carlos Ghosn exigeant une totale confidentialité. Vendredi, le journal Asahi a annoncé que les procureurs à Tokyo devraient engager un nouveau procès contre Carlos Ghosn pour avoir conspiré en vue de sous-estimer sa rémunération pendant trois ans à compter de l'exercice 2015, et pas seulement pour la période 2010-2015. Selon les quotidiens Nikkei business daily et Asahi Shimbun, les procureurs envisageraient donc d’élargir les poursuites à l’encontre de l’ex-président du conseil d’administration de Nissan. Selon le Yomiuri, plus gros tirage de la presse japonaise qui citait lui aussi des sources anonymes, l’enquête interne menée par Nissan a révélé que Carlos Ghosn avait demandé depuis 2002 qu’une somme d’environ 100. Motif Choisissez le motif de votre alerte Diffamation/insultes Incitation à la haine raciale Atteinte à la vie privée Autres . Un autre comité spécial formé par les administrateurs indépendants et chargé de réfléchir à une amélioration de la gouvernance de Nissan devrait ensuite proposer la création d’un comité de sélection pour désigner un président permanent, a poursuivi la source.

Sans citer le nom de Carlos Ghosn, il précise que les «experts» de Nissan ont conclu que les découvertes faites sur les agissements de l’ex-dirigeant étaient «suffisantes pour justifier un renvoi». Selon le quotidien économique Nikkei, citant un dirigeant de Nissan, Carlos Ghosn a cherché à intégrer les deux groupes, et "il est possible qu'un plan concret soit prêt au printemps prochain". ) qui transitaient via une curieuse société, la Société financière et foncière,  banque d’affaires dotée de 106 millions d’euros au moment de sa dissolution en 2009, sans contrôle des actionnaires. Plusieurs accusations contre Carlos Ghosn arrêtées lundi pour des accusations d'évasion fiscale, Carlos Ghosn est arrêté à Tokyo et sa garde à vue a été prolongée de 10 jours mercredi par le tribunal de district de Tokyo pour poursuivre l'enquête.

Ce vendredi, le journal Asahi rapporte que les procureurs du parquet de Tokyo devraient engager de nouvelles poursuites contre Carlos Ghosn pour avoir conspiré afin de sous-estimer sa rémunération pendant trois ans à compter de l’exercice fiscal 2015, et non plus seulement sur la période 2010-2015. Nissan espère se doter d’un nouveau président du conseil d’administration d’ici un mois ou deux, idéalement avant sa prochaine réunion prévue aux alentours du 20 décembre, a indiqué à Reuters une source proche du dossier, après la révocation jeudi de Carlos Ghosn votée à l’unanimité par le conseil d’administration de Nissan, partenaire de Renault.

Nissan espère avoir un nouveau président du conseil d’administration dans un mois ou deux, idéalement avant sa prochaine réunion prévue le 20 décembre, a déclaré à Reuters une source proche du record, après le licenciement de jeudi, Carlos Ghosn a voté à l’unanimité du conseil d’administration de Nissan. Si, au Japon, les propos sont en surface rassurants, la presse locale bruit de déclarations anonymes de responsables de Nissan affirmant que le groupe veut revoir la structure de l’alliance, «condition nécessaire pour qu’elle continue», selon l’un d’eux.

Carlos Ghosn, patron de Renault-Nissan, arrêté pour fraude fiscale au Japon

Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!