Administratif

Qui peut faire une DA ?

Attention, les procédures administratives de demande d’autorisation en Suisse (et donc les documents à fournir) dépendent de votre nationalité. Les informations suivantes ne s’appliquent qu’aux ressortissants de l’Union européenne et de l’AELE de France, d’Allemagne, d’Autriche, d’Italie, d’Espagne, du Portugal, du Royaume-Uni, d’Irlande, du Danemark, de Suède, de Finlande, de Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, de Grèce, de Chypre, de Malte, de Norvège, d’Islande et de la Principauté de Liechtenstein, ainsi que Pays de l’Est ayant adhéré à l’UE (y compris la Bulgarie et la Roumanie, mais pas la Croatie) et souhaitent exercer des activités rémunérées en Suisse .

Les ressortissants des pays qui ne font pas partie de l’Union européenne ou de l’AELE, des pays tiers (États-Unis, Canada, Australie, Inde…) peuvent être consultés sur la page « Permis de travail suisse » pour plus d’informations.

A lire également : Quelles sont les voitures qui polluent le moins ?

Procédures administratives pour les

résidents Si vous êtes ressortissant de l’un de ces pays, vous bénéficierez de l’Accord sur la libre circulation des personnes (ALCP). Dans ce cas, les procédures seront effectuées en collaboration avec votre futur employeur : vous et ce dernier devez remplir un formulaire de demande de permis de séjour (permis de travail) délivré par l’administration cantonale (et peut souvent être téléchargé sur les sites Internet des administrations concernées).

Pour créer votre fichier, vous devez collecter les documents suivants (ces documents peuvent varier d’un canton) :

A lire également : Comment récupérer mon solde CNSS ?

  • carte d’identité ou passeport en cours de validité (copie ou original selon le canton)
  • un certificat d’emploi de votre employeur
  • le formulaire de demande de permis de séjour ;
  • un extrait de casier judiciaire (qui n’est pas exigé dans tous les cantons)
  • le livret familial (copie ou Original) lors de l’installation avec votre famille

Selon le canton, vous ou l’employeur devrez alors remettre le dossier à l’administration cantonale. Après tout, il coûtera entre 65 et 90 francs suisses, selon le canton.

À votre arrivée, vous devez alors annoncer votre arrivée à l’administration de la commune (service de la population ou service des étrangers).

Procédures administratives pour les travailleurs frontaliers

Ils bénéficient également del’accord de libre circulation (ALCP) . Dans ce cas, les procédures sont effectuées auprès de l’administration cantonale, le Service de la population.

Les procédures sont effectuées auprès des autorités cantonales et presque toujours par l’employeur. Vous serez invité à créer un fichier contenant les documents suivants (cette liste peut varier légèrement d’un canton à l’autre) :

  • Formulaire de demande de permis de travail (téléchargeable, par exemple, le plus souvent sur le site officiel du canton), généralement signée par vous et votre futur employeur. Pour le canton de Genève, il s’agit du formulaire F2.
  • Photocopie de la carte d’identité (passeport accepté dans certains cantons)
  • deux photos (avec nom et prénom au verso)
  • CHF 65 francs suisses (habituellement payé par l’employeur demandé, le montant peut varier d’un canton à l’autre)
  • Certificat de résidence (selon les cantons, document officiel de la mairie, déclaration fiscale ou libération EDF). Ces documents sont toujours demandés dans certains cantons, malgré l’abolition des zones frontalières le 1er juin 2007 pour les ressortissants des 15 pays de l’Union européenne. À Genève, elle n’est pas revendiquée.
  • Les travailleurs transfrontaliers souhaitant dormir en Suisse pendant la semaine (les « Wochenzeitung ») doivent présenter un document confirmant leur lieu de résidence en Suisse (contrat de location, Certificat de la personne qui vous accueille…). Ce document n’est pas requis pour les travailleurs frontaliers travaillant dans le canton de Genève.
  • Votre contrat de travail doit remplir le dossier.

Procédures pour les ressortissants travaillant moins de 90 jours par an

Si vous travaillez moins de 90 jours par an (ce qui peut être le cas, par exemple, lorsque vous travaillez en Suisse) et êtes ressortissant de l’Union européenne, vous pouvez passer par une procédure spéciale, la procédure d’annonce.

Avec cette procédure, le permis de travail n’est pas obligatoire, mais votre employeur devra vous expliquer à l’administration via un service centralisé sur Internet.

Attention, cette procédure est très encadrée et ne s’applique pas à toutes les professions. Il est également réglementé par votre citoyenneté (par exemple, les ressortissants de 15 pays « historiques ». L’Union européenne n’a pas les mêmes restrictions que les autres nationaux).

Assistance pour la demande de permis de travail en Suisse

Consulter des liens et des publications externes Êtes-vous un particulier ou une entreprise et souhaitez être accompagné pour vos demandes de permis de travail ? Nous effectuerons toutes les étapes pour vous. Pour en savoir plus sur ce service très pratique et pour demander un devis, visitez notre page « Demander un permis de travail en Suisse ».

  • Liste par canton des autorités cantonales de migration (contrôle des résidents) qui vous fournissent des informations sur les permis de travail et les visas sur le site Internet de l’Office fédéral des migrations. Vous trouverez des contacts pour les cantons de Genève, Vaud, Neuchâtel, Jura, Valais, Berne et Zurich.
  • Frais officiels pour les demandes de permis de travail (droits) (loi 142.209 de la RS)
  • Site Internet de l’Office fédéral des migrations : informations sur les permis de travail et Procédure d’approbation
    • Procédure d’annonce pour une demande de permis de travail de moins de 3 mois