Assurance

Comment calculer le coefficient bonus-malus pour un jeune conducteur : tout ce qu’il faut savoir

Le bonus-malus est un coefficient appliqué chaque année sur la cotisation de base. Il varie en fonction du comportement de l’assuré et peut donc augmenter ou baisser après un an de contrat. Selon l’article A12-1 du code des assurances, le taux maximum du bonus et du malus est respectivement de 0,50 et 3,50. Mais, comment calculer ce coefficient pour un jeune conducteur ? Voici nos réponses.

Coefficient bonus-malus : comment calculer pour un jeune conducteur ?

Après avoir souscrit pour la première fois à une assurance auto, le jeune conducteur bénéficie d’un bonus-malus dont la valeur est de 1. Neutre au départ, ce taux n’influence sur la prime de base qu’après un moment de conduite. Pour le calculer, il faut procéder comme suit.

A voir aussi : Découvrez les dernières évolutions de l'assurance auto : focus sur l'assurance au kilomètre et l'assurance collaborative

Le calcul du bonus

Lorsqu’un jeune conducteur n’est responsable d’aucun sinistre, son coefficient bonus-malus est réduit de 5%. Dans le cas contraire, cela ne fera qu’augmenter sa cotisation. Pour déterminer alors le bonus-malus, il revient au jeune assuré de multiplier son bonus de l’année antérieure par 0,95. Par exemple, après 1 an sans sinistre avec une prime fixée au départ 1 000 €, le calcul se fera comme suit : 1×0,95. Par conséquent, le jeune conducteur aura à verser une prime de 950 €. S’il passe également la deuxième année sans sinistre, il procède de la même façon pour calculer son bonus-malus, soit 1000×0,90. À la troisième année sans sinistre, on aura 1000×0,85, ce qui équivaut à 850 €.

Le calcul du malus

Après tout accident pour lequel le jeune conducteur est responsable, il est sanctionné d’un malus de 25%. Ce taux s’applique directement sur le montant correspondant à la prime de son assurance. Pour le déterminer de manière précise, il suffit de multiplier par 1,25 le bonus-malus de l’année antécédente. S’il s’agit d’un accident partiellement responsable, le facteur sera de 1,125.

A voir aussi : Trouvez l'assurance auto qui vous convient en 2021 : macif, maif, crédit mutuel, et credit agricole vous proposent des solutions pour la conduite supervisée

Considérons une première assurance auto de 1 000 € pour un conducteur novice. Lorsque ce dernier est responsable d’un accident pendant la première année, il versera à l’année suivante une prime de 1250 €, soit 1×1,25. Pour une responsabilité partielle, la prime sera de 1 125 €, avec 1 x 1,125. Par ailleurs, si le jeune conducteur n’est responsable d’aucun accident pendant deux années consécutives, le malus sera tout simplement annulé.

Quid du bonus d’un conducteur secondaire ?

Par définition, le conducteur est secondaire lorsqu’il se joint au conducteur principal pour l’utilisation d’une voiture. Pour éviter toute complication avec l’assureur ou les autorités, il est recommandé d’ajouter ce dernier sur le contrat d’assurance. Dès lors, son bonus-malus est fixé à 1, notamment pendant la première année. Si aucun accident responsable n’est relevé durant la conduite, ce coefficient sera réduit de 5 % chez les deux conducteurs. Le cas contraire, ces derniers seront punis d’un malus.

Quels sont les véhicules exclus du bonus-malus ?

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, certains véhicules ne sont pas concernés par le bonus-malus. Il s’agit notamment des véhicules agricoles et des véhicules d’intérêt général comme ceux de la police, du SAMU et des pompiers. En dehors de ce lot, on retrouve :

  • Le matériel forestier ;
  • Le matériel de travaux publics;
  • Les véhicules de collection de 30 ans et plus ;
  • Les deux ou trois roues ayant 11 kW de puissance ou jusqu’à 125 cm3.