Voiture

Comment faire baisser la pollution d’une voiture ?

Comment faire baisser la pollution d’une voiture

Plusieurs facteurs sont à l’origine de l’émission d’un taux élevé de particules toxiques par une voiture. Les moteurs de voitures, qu’ils consomment de l’essence ou qu’ils soient à Diesel, nécessitent un bon suivi et un entretien approprié. Découvrez dans cet article, des solutions simples pour réduire la pollution de votre voiture.

Faire installer un FAP par le garagiste

Le FAP (Filtre à Particule) représente un équipement de dépollution extrêmement nécessaire. Il est installé plus fréquemment pour raison de son application générale et de sa grande efficacité en matière de réduction de la pollution. En effet, une voiture sans FAP court le risque d’émettre en grande quantité des substances nocives à travers les gaz d’échappement.

A lire aussi : Carte grise : comment réussir les démarches rapidement

Pour les moteurs diesel, le risque est encore plus élevé. La fumée noire qui est émise représente un sérieux danger pour la santé des usagers de la route. Cette fumée est composée de particules ultrafines qui ne se donnent aucun mal pour pénétrer les voies respiratoires et se loger en profondeur de l’organisme des personnes qui en ont été exposées.

Si votre véhicule est neuf, il pourrait être déjà équipé d’un filtre à particules. Dans le cas contraire, il est donc règlementaire de vous tourner vers votre garagiste pour installer le matériel.

Lire également : Pneu Michelin 195 55 16 : l’excellence sur votre véhicule

Pour permettre au FAP de jouer convenablement son rôle, il faut penser à le nettoyer après que la voiture a parcouru quelques centaines de kilomètres. Autrement, le dispositif subit une obstruction ; ce qui pourrait être mauvais pour l’état du moteur.

Éviter que votre moteur s’encrasse

pollution d’une voiture

Un moteur (modèle à essence ou Diesel) est encrassé après avoir parcouru quelques kilomètres. Cela est dû à la combustion du carburant qui entraine un dépôt continuel de résidus le turbo, les pistons, le FAP et autres. À partir des 25 000 premiers kilomètres, le véhicule commence à polluer fortement.

Plus la voiture est encrassée, plus elle consomme du carburant, les gaz d’échappement sont de plus en plus noirs, la puissance du moteur diminue ; alors vous aurez plus de peine à la démarrer. Cela peut également gripper vos injecteurs et entrainer le colmatage des soupapes, de la vanne EGR ; votre voiture fera donc objet de pannes répétitives.

Pour éviter cela, il est demandé de chauffer plus intensément le moteur pour que les dépôts de suie puissent être éliminés complètement. Pour le faire, vous devez toujours penser à maintenir le moteur à plus de 3000 tours par minute, pendant un minimum d’une demi-heure de conduite.

D’un autre côté, il est important de bien régler votre moteur : une révision annuelle est nécessaire notamment au niveau des paramètres de démarrage. Il ne faut pas négliger un entretien régulier de votre voiture avec les produits convenables auprès de votre garagiste.

Utiliser des additifs

Les additifs sont des produits conçus pour lutter contre un taux élevé de fumée et de polluants. Leur efficacité n’est pas prolongée dans le temps, alors ils sont juste appropriés quand vous avez un contrôle antipollution à passer. Les produits additifs représentent donc une solution à laquelle vous devez penser en dernier lieu, vu également leur coût très élevé. Aussi, leur utilisation ne constitue pas une raison pour arrêter les réglages et l’entretien de votre voiture par le garagiste.

Opter pour une conduite écologique

Opter pour une conduite écologique est un choix judicieux si vous souhaitez réduire la pollution émise par votre voiture. Voici quelques astuces qui vous permettront d’adopter une approche plus respectueuse de l’environnement lors de vos déplacements.

Vous consommerez moins de carburant et émettrez moins de polluants atmosphériques tels que le dioxyde d’azote (NOx) ou les particules fines.

Pensez à limiter votre utilisation des accessoires électriques tels que la climatisation ou le chauffage lorsque cela n’est pas nécessaire. Ces équipements sollicitent davantage le moteur et augmentent ainsi la consommation de carburant.

Privilégiez les trajets courts en marchant à pied ou à vélo lorsque cela est possible. Les transports en commun sont aussi une excellente alternative pour réduire votre empreinte environnementale tout en évitant les embouteillages.

Entretenez régulièrement votre véhicule afin qu’il fonctionne au mieux de ses capacités. Un filtre à air propre et des pneus correctement gonflés contribuent à améliorer l’efficacité énergétique du moteur.

En adoptant ces différentes pratiques dans votre conduite quotidienne, non seulement vous participerez activement à la lutte contre la pollution atmosphérique mais aussi vous réaliserez des économies significatives sur vos dépenses liées au carburant.

Il est primordial de rappeler que la transition vers une mobilité plus durable ne repose pas uniquement sur les conducteurs, mais aussi sur l’évolution des politiques publiques et le développement de nouvelles technologies. Chacun peut contribuer à sa manière à réduire l’impact environnemental des véhicules individuels en adoptant une conduite écologique.

Choisir des carburants moins polluants

La pollution atmosphérique est un enjeu majeur de notre époque. Pour faire baisser les émissions polluantes de votre voiture, pensez à bien choisir des carburants moins nocifs pour l’environnement. Voici quelques conseils pour vous guider dans cette démarche.

Sachez que tous les carburants ne se valent pas en termes de pollution. Il est préférable d’utiliser des carburants propres tels que l’essence sans plomb ou le diesel sans soufre. Ces carburants réduisent considérablement les émissions de particules fines et d’oxydes d’azote, qui sont particulièrement nocives pour la santé.

De plus, privilégiez les biocarburants. Ils sont fabriqués à partir de matières organiques renouvelables, comme le colza ou la betterave à sucre. Les biocarburants émettent moins de gaz à effet de serre que les carburants fossiles traditionnels, contribuant ainsi à lutter contre le changement climatique.

Enfin, pensez à entretenir régulièrement votre véhicule. Une voiture bien réglée consomme moins de carburant et émet donc moins de polluants. Faites vérifier votre moteur, vos filtres à air et à carburant, ainsi que votre système d’échappement.

En adoptant ces bonnes pratiques, vous contribuez à préserver notre environnement et à améliorer la qualité de l’air que nous respirons. Chaque geste compte dans la lutte contre la pollution atmosphérique.