La priorité au piéton, ce que vous risquez en cas de refus

519 morts et 11 blessés, c’est le bilan des piétons renversés l’an dernier alors qu’ils traversaient la route. Désormais, les automobilistes qui refuseront la priorité aux piétons seront durement sanctionnées. Cette politique de fermeté s’inspire de nos voisins suisses. Là-bas, la vie d’un piéton est absolument sacrée. Voici, ce que vous risquez en cas de refus de priorité aux piétons.

Mais c’est quoi, le refus de priorité au piéton ?

A lire en complément : Auto-école en ligne : une nouvelle façon de passer son permis

C’est un classique de voir les piétons patienter pour traverser alors qu’ils ont la priorité. À travers l’article R.415-11 du code routier, la loi définit le refus de priorité aux piétons en ces termes : « Tout conducteur est tenu de céder le passage, au besoin en s’arrêtant, au piéton s’engageant régulièrement dans la traversée d’une chaussée ou manifestant clairement l’intention de le faire, ou circulant dans une aire piétonne ou une zone de rencontre ». Autrement dit, le refus d’accorder la priorité à un piéton est une infraction.

Quelles sanctions on encourt ?

A lire en complément : Quels sont les avantages d’acheter une voiture neuve ?

Un peu de respect pour les piétons, ce n’est plus seulement une injonction, ça peut vous coûter désormais 6 points sur votre permis de conduire. Cette sanction est à la hauteur de l’infraction puisqu’elle vise à réduire considérablement les accidents des piétons. C’est vraiment triste d’en arriver à cette mesure pour que les automobilistes respectent les droits des piétons.

Pour une pareille infraction, le propriétaire du certificat d’immatriculation du véhicule devra aussi payer une amende :

  • 90 € pour une amende forfaitaire minorée ;
  • 135 € pour une amende forfaitaire ;
  • 375 € pour une amende forfaitaire majorée ;
  • 750 € est l’amende maximale si vous passez au tribunal.

Vous encourez aussi une suspension de votre permis de conduire sur une durée maximale de 3 ans.

Cette sanction ne sera pas appliquée à tout le monde puisqu’elle vise les automobilistes qui manifestent un irrespect des piétons. Pour intensifier les contrôles, les vidéosurveillances aideront les policiers à relever les infractions. La possibilité aussi de passer par la vidéo de verbalisation va faciliter beaucoup les choses. Un même policier peut surveiller derrière une caméra ces types d’infractions avec des zooms et une possibilité de cadrer pour voir la plaque d’immatriculation. Il pourra faire envoyer ensuite directement l’amende chez le propriétaire du véhicule.

D’autres mesures sont en préparation notamment, l’aménagement des passages piétons avec une ligne blanche infranchissable pour mieux délimiter le territoire de chacun.